Mes Randos VTT

Dimanche 13 juin, les mésaventures de Gé'Trek ... Dimanche 13 juin 2010, Comme tous les ans, à la même époque, le soleil et la chaleur poussent les LB vers leur quartier d'été, le parc forestier de la Valmasque. Phil, le maître des lieux nous a encore concocté un circuit dont il a le secret. Durant 2h30 les raidillons vont succéder aux singles, 25 kms et près de 600m de dénivelé positif très tonique qui, comme le dit avec humour notre guide, est un véritable test à l'effort. Un rythme effréné que le Trek Fuel ex 9.8 de notre ami Gé ne va malheureusement pas supporter.
10.06.13 A
Le Carbon du bras oscillant explose dans les dernières épingles du parcours ...
Une mauvaise surprise pour son pilote qui termine la balade furax et quelque peu désabusé par ce nouveau coup du sort...
Allez Gé, les Brothers partagent de tout coeur ta déception...
Courage, dimanche prochain, c'est la fête des pères ...
Dimanche 06 juin, Les Drailles de Gaspard ...
10.06.06 B
Dimanche 06 juin 2010, malgré l'heure très matinale, les premières chaleurs estivales commencent déjà à envelopper Besse sur Issole. A quelques encablures du lac naturel qui bordent ce typique village Varois, 300 Vététistes se sont donnés rendez vous pour l'une des plus belles et plus agréables randonnées de la région, Les Drailles de Gaspard ...
Au moment de m'élancer sur les 1000m de dénivelé du parcours concocté par le Vtt Club Bessois, deux interrogations illuminent mon esprit encore clair et lucide.
Je m'approche vers mon ami Bob, l'un des organisateurs.
- Bob, pourrais tu répondre à deux questions pour les milliers de fans d'"Un Dimanche de Vtt.com"
- Les milliers de fans ???, mais bien sûr ...
- Qu'est qu'une Draille et qui est ce Gaspard qui m'a sorti du pieu un dimanche à 5 heures du mat'???...
- Une draille est un terme d'origine occitane qui est utilisé dans le sens de piste de transhumance ou de sentier. Quand à Gaspard de Besse, c'était un voleur gentilhomme né à Besse en 1757. Un défenseur des opprimés qui ne s'attaquait qu'aux riches voyageurs et aux agents du fisc, sans jamais faire couler le sang et qui redistribuait une partie de son butin aux plus pauvres.
- Rouler sur les traces d'un "Robin des bois provencal"!!!..., si c'est pour la bonne cause, je ne regrette pas d'avoir fait le déplacement. - C'est surtout pour apprécier la beauté des paysages et la variété du tracé qui tu es là, alors profites en bien. Attaques toi aux 43 kms, nous vous avons réservé un grand moment de Vtt dans le final, me répond Bob, avec un sourire qui en dit long sur les difficultés qui nous attendent. 10.06.06 N
C'est au travers des vignes et des sous bois que Dan, Jeff, Yves, Gé et Moi commençons cette nouvelle virée. Une première partie calme et plutôt roulante que nous partageons avec les participants du 20kms. Nous profitons de ce profil très progressif pour taper un brin de causette avec de vieilles connaissances, Olivier, Fred, Bernard, Sébou, Brech du forum VTT83 et notre couple de Vttistes préféré, Manu et Véro ... Le tracé s'élèvent ensuite vers les hauteurs de Besse sur des pistes et des petits sentiers très roulants. Deux très belles descentes de drailles, à la fois techniques et très ludiques, termine en beauté cette phase d'échauffement. Nous les dégustons sans aucune modération ....

Randonnée VTT du jour

08.06.06-B.jpg
La gare de Ste Anasthasie et sa micheline d'un autre siècle nous accueillent pour le premier ravitaillement. La gentillesse et le sourire des organisateurs, le décor champêtre et bucolique de l'endroit accentuent encore la sensation de bien être. La deuxième partie démarre sur la même rythme, des genets en fleurs, des ruisseaux gorgés d'eau, un passage de gué et une nature généreuse et verdoyante accompagnent nos coups de pédales. La difficulté s'accroît tranquillement au fil du chemin. Les choses plus sérieuses commencent au 18ème kilomètre. Une montée plus chaotique et très ensoleillée nous attend maintenant. La chaleur devient très vite suffoquante sur la piste calcaire que nous gravissons. Les jambes se font douloureuses et le souffle s'accélère rapidement pour se mettre au diapason du coeur.
La principale motivation des organisateurs a du être de récompenser chaques efforts par un grand moment de plaisir. Les descentes qui nous ramènent vers le 2ème ravitaillement sont à nouveau très amusantes à dévaler. Des slaloms entre les arbres, de belles cassures de terrain , des petits sauts, des épingles se succèdent sur un terrain meuble et sécurisant.
DSC02550 - Regarde Boss, notre nouveau maillot me donne des ailes !!!...
- Fais quand même gaffe à l'atterrissage, Yves ... La dernière difficulté du jour commence par une piste similaire à la précédente. Une ascension de 3500m un peu plus ombragée qui surplombe la vallée de l'Issole. Un petit répit salvateur suit ce nouvel effort. Je regarde le profil donné par l'organisation au départ et constate avec joie que le plus dur paraît être derrière nous. Nous en quillons ensuite un petit portage au travers de la forêt et nous nous retrouvons sur un magnifique plateau calcaire.10.06.06 T Le sentier se fait soudainement étroit, vallonné et très accidenté. Une succession de pierres instables, de dalles et rochers rendent la piste à la limite du praticable. Ce final dantesque ferait presque passer les sentiers de l'Esterel pour une piste de vélodrome. Impossible de relancer la machine, de prendre de la vitesse ou de perdre de vue la draille, la moindre déconcentration peut s'avérer douloureuse. Ce chemin de croix, en bordure de falaise ne fait que 3 kilomètres mais Jeff et Moi mettrons plus de 30 minutes pour le traverser. Malgré les crampes et la fatigue, l'ultime descente nous régale une nouvelle fois. Un dernier sprint avec Jeff, pour le plaisir et nous retrouvons Besse après 5h de VTT euphorisantes. A l'arrivée, Yves, arrivé 15 mns avant nous avec Gé, nous montre les séquelles de flip flap mal contrôlé dans les arbres. De belles pizzas sur la joue et l'avant bras, l'atterissage ne s'est apparemment pas fait dans la ouate...

Rando VTT Les Drailles de Gaspard


- Tu avais raison Bob, ta balade, elle était phénoménale .... Merci à Robert, Jean Luc, Pandansloeil et à tous les organisateurs pour votre accueil et votre gentillesse ...

Dimanche 04 février, Le dernier né... rando vtt
Après un week end et une semaine de dur labeur au fond de mon jardin pour bien avancer mes travaux de terrassement, c'est fatigué mais avec une énorme envie que je rejoins ce matin mes compères pour une sortie dominicale bien méritée. Cyril est absent mais l'évènement majeur du jour c'est la présentation par Gérard du dernier né de la bande. Un superbe, que dis-je un magnifique Cannondale Rush Carbon. Dans certaines circonstances, les mots n'ont plus leurs places et seul compte l'image...
Cadre, fourche Lefty, pédalier IS, cintre, tube de selle et pédales Time en Carbon, frein Avid Jucy 7, Derailleurs et shifters Shimano XT, roues Mavic XM 817 montées avec des Maxxis Lust, que dire de plus, peut être que le tout ne doit pas excéder les 11kg. Ce dernier caprice de notre ami Gérard fait un autre heureux. Daniel lui a racheté son Cannondale Rush 1000 a un prix très intéressant pour un super spad dans un état irréprochable qui n'a pas plus de 800kms. Nous voici maintenant tous équipés avec du matériel de belle qualité et partis pour quelques années de belles balades.
Personne n'ayant roulé depuis une quinzaine de jours, nous décidons de ne pas dépasser les 40kms pour cette reprise. Je concocte un petit parcours très varié pour que mes deux amis puissent apprécier au maximum leurs nouvelles montures. Notre habituelle petite montée jusqu'au Col de la Cadière en amuse bouche, 10,5 kms pour un dénivelé total de 282m avalés en 51mns. La descente sur le lac de l'Ecureuil par le col des Replats et le ravin des Trois Termes est un savant mélange de sensations alliant force et finesse. Ce rapide petit sentier étroit et sinueux est un régal qui demande un pilotage de précision pour en faire ressortir toute la quintessence. Après une petite pause photo (ph1 , ph2 , ph3 , ph4), nous nous laissons glisser tranquillement jusqu'au bout du lac avant d'attaquer le plat de résistance de la matinée. Une saveur sauvage de 2.6kms et 210m de dénivelé qui nous remonte sous le col des Lentisques et qui répond au doux nom de Baisse des Sangliers (ph1 , ph2). 26 mns de suée où mon palpitant dépasse allègrement les 170 pulsations. Daniel se colle un temps à ma roue et Gérard donne l'impression de monter sur un coussin d'air, souple, fluide et terriblement efficace. De plus, cyril n'étant pas là pour le titiller, cette rando se transforme rapidement en balade de santé. Avoir bientôt 50 ans et une telle pêche fait vraiment plaisir à voir. Nous dévalons un sympathique petit sentier pour rejoindre le col de l'Evèque. Dévaler est le terme exact puisqu'une méchante racine m'envoie voir de plus près les ronces et les arbustres qui le longe et j'ai besoin de toute l'aide de Gérard pour me sortir de cette mauvaise posture. Une petite gamelle de plus sur mon étagère de trophés. La descente qui suit et nous amène à la gare du Trayas est toujours aussi belle. Nous n'arrivons jamais à prendre de la vitesse sur cette belle piste large et roulante tant nous sommes happés par la beauté du paysage (ph1 , ph2). Le menu du jour se poursuit par la remontée vers le col de Théoule. Petite satisfaction personnelle au sommet du col, deux vététistes me reconnaissent sans m'avoir jamais rencontrer, mon petit blog ferait il son petit bonhomme de chemin?. En guise de dessert, nous empruntons le sentier de descente qui longe la voie ferrée et qui nous ramène au bord de mer. j'adore cette petite piste très accidentée. Subjugué par les qualités de son nouveau VTT lors de cette rando vtt, Daniel est aux anges. D'habitude assez mal à l'aise sur ce type de terrain, il reconnaît avec une joie non dissimulée que c'était du gâteau. Gérard et moi nous mettons deux mines sur les derniers raidillons routiers avant d'arriver sur Mandelieu et terminons notre repas du jour par le goulayant petit sentier du San Peyre, la p'tite poire pour finir....(photo), (Coup de Coeur) Sur le conseil de mon ami FSH du sympathique forum VTT83 http://ledernier23.free.fr/forum/portal.php. J'ai acheté une selle SDG Bel Air. La mienne étant plus un instrument de torture qu'un recueil agréable pour mon séant. Lui était tellement heureux de cette nouvelle selle, qu'il lui a dédié un clin d'oeil poétique. J'ai promis de le citer si mes sensations étaient les mêmes. Chose promise, chose due, elle est géniale....
Ode à ma selle
O toi qui es si belle
Dans ta parure noire
Tu m'as redonné espoir
En la selle
Ta précédente m?a fait souffrir
Il faut dire qu'elle en a vu
Mais qu'est ce qu?elle faisait mal au c..
J'ai cru mourir !
Heureusement tu es arrivé
Avec tes rails en cro-mo
Et ton rembourrage bien gros
Tu es mon fauteuil, mon adoré,
T'essayer
C'est t'adopter
Ton nom est finesse
« Sdg bel-air »
Princesse qui a tout pour plaire
Surtout à mes fesses !
publié par Laurannis publié dans : les sorties
Commentaire(0) Recommander
Lundi 29 Janvier 2007
Merci l'Abbé
Nous aurons connu une semaine bien triste en ce début d'année 2007, la disparition de l'ami des pauvres. Ton Oeuvre fût immense et sans égale. Moi qui n'ai jamais connu la précarité, je ne peux même pas imaginer la chaleur et l'espoir que tu as donné à tous ces hommes et ces femmes que la vie n'a pas ménagé. Merci à toi Grand Homme de Coeur et à tous ceux qui perpetue ton message d'espoir.
L'exploitation de ta disparition par tous les tordus de l'information, de la presse à chiot et de nos hommes politique, qui se croyaient dans le dernier endroit Jet set à la mode, me fait honte. Quelle manque de dignité en cette première période de grand froid de l'hiver. La nuit dernière, j'ai révé que tous les bénéfices générés en cette semaine de grande tristesse par les médias de tous poils soit reversés à tous les Compagnons d'Emmaüs. Merci à Monsieur Paris match et à la Télémerdique.... Coluche, je me souviens de ton grand coeur et de tes coups de gueule parce que tu me fait encore rire si souvent... Monsieur l'Abbé, je me souviendrai avec nostalgie de ton aura d'amour tant que cette misère contre laquelle tu n'as cessé de combattre existera....
Merci à vous, hommes et femmes de bien, qui ont dévoué votre vie à aider votre prochain... publié par Laurannis publié dans : billet d'humeur Commentaire(1) Recommander
Mardi 23 Janvier 2007
Dimanche 21 Janvier, Randonnée entre deux massifs

Sortie VTT dans l'Esterel

Dimanche 21 janvier, les massifs du Tanneron et de l'Esterel sont au programme. Un très beau spectacle devrait s'offrir à nos yeux aujourd'hui. J'ai enfin trouvé une piste qui permet de rejoindre le GR51 et le sommet du Grand Duc sans passer par le Domaine de San Estello. Ce magnifique parc, qui autrefois appartenait à Monsieur Paul Ricard, restait ouvert toute l'année. C'était devenu, au fil des années un lieu de promenades et de loisirs très prisé par les gens de la région et un accès direct vers les nombreuses pistes du Massif du Tanneron pour les joggeurs et les vététistes . Depuis quelques mois, son nouveau propriétaire a malheureusement interdit tous passage en ces lieux.
Cette nouvelle piste n'est pas répertorié sur la carte IGN 3544ET, mais très visible avec Google Earth (voir tracé). Au Départ du Parking de Géant Casino, prendre la direction du collège Albert Camus. Au rond point, après le collège, prendre la route du haut, passer sous l'autoroute et continuer jusqu'à la piste qui se situe environ 300m plus loin. Pour rejoindre le GR51 au dessus de San Estello, rester sur la partie basse de la piste.
Nous démarons vers 8h45, la température est toujours aussi douce pour la saison et sur mes conseils, nous commençons très tranquillement. Il faut dire que durant la semaine, j'avais un peu conditionné mes compagnons, 11kms et 493m de dénivelé de montée dès le départ, cela se prépare. Cette piste est superbe, roulante mais avec des passages et une série de lacets courts très soutenues qui longe le Vallon des Fenouillers. Ne pouvant suivre le rythme des deux habituels sauvages de l'équipe, je reste avec Daniel qui est limité par son 32 dents à l'arrière. Nous arrivons au sommet après 1h20 de gros efforts.
Une suberpe vue sur le massif de l'Esterel, les Iles de Lérins et la Baie de mandelieu nous accueille mais, faute de piles dans l'appareil, je ne peux immortaliser le moment. Entre la carte mémoire oubliée la semaine dernière et les piles aujourd'hui, je peste sur ma négligence et doit reconnaître que je suis un piètre photographe. Le point positif de cette mésaventure reste l'obligation de refaire ultèrieurement cette belle balade. La vue panoramique Google Earth donne un petite idée du site sur lequel nous évacuons tous les petits tracas de la vie quotidienne tous les dimanches matins. Nous nous faisons mal, serrons souvent les dents, avons de temps à autre envie de jeter le VTT dans le fossé mais le plaisir et la détente que nous ressentons à la fin de nos balades sont fantastiques, ça me rappelle des souvenir de Belgique, au club de VTT Hainaut.
Nous suivons ensuite la route sur quelques centaines mètres, redescendons les fameux lacets que nous avions grimpé dans la douleur lors de notre sortie du 20 septembre dernier. Ce souvenir est encore tellement présent dans nos têtes que j'ai lu, sur le visage de Gérard, la tristesse et l'angoisse lorsque qu'il a su que prenions cette route et une immense joie en comprenant que c'était en sens inverse. La descente par la piste des Insignières s'avère très roulante et sans difficulté, elle nous permet de récupérer un peu de nos efforts. Nous repassons sous l'autoroute dans le fond du vallon du Riou de l'Argentière et remontons jusqu'à la RN7 au niveau du Pas des Mules. Nous suivons la route avant de plonger vers la Vallon de St Jean. La deuxième difficulté du jour nous attend les bras ouverts. 5000m d'ascension pour atteindre la piste des Oeufs de Bouc, sous le Sommet Pelet. Une nouvelle montée, roulante, régulière qui nous permet d'admirer les pistes du Tanneron que nous venons de gravir et de finir sur l'un des plus beau panorama de la région (Photo).
Nous redescendons au fond du Vallon de Maure Vieille par un sentier que n'avions pas fait depuis plusieurs années. Il contourne le Mont St Martin pour sortir au Pont Sarrazin. Les 200 premiers mètres sont techniques et un peu dangeureux, nous décidons de les faire à pied. Exepté Cyril qui fait une tentative qui se solde par une belle gamelle. Le beau Trek Carbon se fait ses premières rayures. le reste de la descente est un régal, roulante mais très piégeuse. Nous enfilons les derniers virages avec vigueur, Je titille la roue arrière de Gérard mais pas moyen de lui faire l'intérieur, de vrais gosses!!!.
Nous terminons cette balade par un petit sprint dans le Vallon de Maupas avant de rejoindre les voitures.
En résumé, 35kms de belles pistes dont seize de montée, 1033m de dénivelé et de très belles images...
(cartes IGN 3543ET, 3544ET), (Coup de Coeur)
randos vtt publié par Laurannis publié dans : les sorties
Commentaire(0) Recommander Lundi 15 Janvier 2007 Dimanche 14 Janvier, 2007 nous voici...

Course VTT bien raide

Vive le vélo et le cylisme

Dimanche 14 Janvier, Ce petit matin de janvier tranquille et doux sonne notre retour sur les pistes de notre beau massif. Les fêtes sont digérées, les petits bobos sont soignés et l'envie d'en découdre avec les raidillons, les singles et autres sentiers de l'Esterel nous fourmillent dans les jambes.
J'ai mis un point final au montage de mon nouveau VTT (voir photo). rando vtt De nouvelles roues pour remplacer mes Mavic Crossland, de bonnes roues d'entrée de gamme certes, mais leurs couleurs argentées juraient un peu avec le reste du vélo. Plus sérieusement, j'ai commandé à la Mère Noël un montage avec des moyeux Hope Pro2, des Jantes Mavic XM819 UST, des rayons DT Swiss Comp avec système Proloc, le tout maintenu par des serrages Hope. Un ensemble de qualité acheté 450€ chez les anglais de Chainreactioncycles. J'en ai aussi profité pour essayer un Maxxis High Roller 2.1 à l'avant. Ce pneu, dérivé de la descente est relativement roulant avec une très bonne accroche latérale, exactement ce que cherchais. Pour sa part, Daniel a changé son frein arrière et ne devrait plus se prendre la tête avec ses problèmes mécaniques. Quant à Cyril, il nous raconte l'anecdote de la semaine. Jeudi, il emmène son beau Trek en révision chez Riviéra Bikes. Il rencontre dans le magasin Monsieur Alain Prost qui venait se commander le même et qui lui demande sympathiquement ses premières impressions. Pauvre de nous, Le gamin a déjà tendance à nous mettre la misère dès le chemin s'élève, maintenant qu'il roule sur le même VTT que notre quintuple champion de monde, il y a fort à parier qu'il se prenne pour Fangio.
Pour cette reprise, j'ai choisi notre habituel circuit de remise en jambes, à savoir la montée du Col de la Cadière depuis Théoule, la descente sur le lac de l'Ecureuil par le col des Replats et le sentier du Ravin des Trois Termes, La montée tonique et technique du Ravin des Lentisques, la descente tranquille sur la gare du trayas, juste le temps d'admirer le magnifique paysage de la corniche d'or puis la remontée sur le Col de Théoule et le single final d'Ushuaia pour rejoindre Théoule. Malgré une première montée éprouvante, je reste relativement satisfait de mon état de forme. Le rythme cardiaque est encore un peu haut et les jambes un peu lourdes mais je pense que d'ici deux ou trois semaines la cadence de pédalage devrait nettement s'améliorer. Par contre, je m'éclate complétement dans les descentes techniques avec mon nouveau joujou. Daniel a plus de mal à finir la balade, il n'a pas roulé depuis quatres semaines et a beaucoup travaillé ses derniers jours. Son mental est remarquable car il ne lâche jamais malgré les difficultés et garde toujours sa bonne humeur. Dès qu'il aura repris ses aller retours journaliers à vélo pour se rendre au travail, la pèche reviendra. Pour la première fois, nous finissons la randonnée par le petit sentier du San Peyre, Un mamelon rocheux qui surplombe Mandelieu et La napoule (image Google). Une petite montée facile et un petit sentier de descente sinueux au travers des mimosas, beau final. Pas de photos aujourd'hui car j'ai oublié d'insérer la carte mémoire dans l'appareil avant la sortie!!. Toutefois le graphique de cette balade de 35kms et de 730m de dénivelé vous donneras une petite idée de la difficulté du beau parcours...(coup de Coeur), (carte IGN 3544ET) publié par Laurannis publié dans : les sorties
Commentaire(0) Recommander
Lundi 08 Janvier 2007
Dimanche 06 Janvier, sans commentaires...
Dimanche dernier, mauvais karma, pas envie de sortir, je me retrouve avec Gérard, Cyril et Daniel au bistrot !!!.
On discutait de choses et d'autres, lorsque Daniel sort: "Hé les gars, j'ai lu quelque part qu'il y a des hormones femelles dans la bière!" Vu qu'on est un peu scientifique et aventurier dans l'âme, on a décidé de vérifier la véracité de ces propos. Du coup, on a vidé une vingtaine de demis, dans l'intérêt de la science, bien sûr! Le résultat de cette expérience fut stupéfiant.
Au bout de 20 tournées:
1. On avait tous pris du poids; 2. On parlait beaucoup pour ne rien dire; 3. On éprouvait des difficultés à conduire correctement; 4. Il nous était impossible de tenir un raisonnement simple; 5. On refusait obstinément de reconnaître qu'on avait tort, même lorsque c'était évident! 6. Et pour couronner le tout, on allait pisser toutes les 5 minutes, à deux, en plus. Je pense qu'il est inutile de pousser l'expérience plus loin. Il y a bien des hormones femelles dans la bière. Merci à Néo09 et à tous ses amis du Forum X-Crosseur09 pour cette petite blague....
Dimanche 11 Mars, Sortie Casse patte...

Rando Vélo de Route

Dimanche 11 mars, c'est avec les jambes encore lourdes de la sortie routière d'hier, le dos un peu douloureux, mais l'esprit relaché et détendu par cette semaine de repos forcé, que je rejoins mes compères. Au programme du jour, une cinquantaine de kilomètres et environ 1000m de dénivelé sont prévus, mais aussi le reconnaissance d'un sentier qui contourne la Barre du Roussiveau. J'organise, au mois d'avril, une sortie dans l'Esterel avec des amis du sites VTT83 et je recherche un itinéraire autorisé aux VTT qui permette de rejoindre le Mont Vinaigre depuis la route qui sillonne le long du ruisseau du Perthus. Nous attaquons vers 8h par la sévère montée entre le Pont St Jean et le Col des Trois Termes. Une première pour David qui n'apprécie que moyennement ce début de sortie tonique. C'est vrai que 270m de dénivelé sur 3.5 kms, d'entrée de jeu, ça secoue un peu le cardiaque. Malgré tout, il comprend rapidement qu'un retour par le même chemin serait sympathique. Quelques épingles, des ornières et des caillasses à éviter, un terrain rapide mais cassant et très souvent en dévers, une belle descente en perspective pour la fin de balade. Après 30 minutes d'efforts nous arrivons au sommet et attaquons directement la descente vers le Col des Survières. Nous prenons quelques petits sentiers qui longent la piste jusqu'au Col du Baladou. L'allure est rapide et nous avons tous envie de croquer dans cette belle matinée de début Mars. Cyril rompt soudainement l'euphorisme ambiant en nous annonçant un gros pépin technique. La patte de son dérailleur a cassé net. Le sentier est certes soutenu mais nous montions sans forcer particulièrement. Le diagnostic est rapidement fait et la seule solution pour éviter un retour à pied est de transformer le beau Treck Carbon en single speed. Quelques maillons de chaîne en moins, le dérailleur dans le sac à dos , le cable attaché au cadre, David s'avère au passage un excellent technicien, toujours utile dans une équipe, et nous nous résignons à rentrer tranquillement à la maison. Pour le plaisir, nous terminons tout de même par les lacets du Pont St Jean. 25kms au lieu des 50 annoncés, 550m de dénivelé à la place des 1000 souhaités, mais comme l'atteste la photo ci dessous, un esprit d'équipe renforcé par cet évènement inattendu.
En espérant que la semaine prochaine, pour la "Bigreen", nous aurons mangé notre pain noir et que seul restera le plaisir de rouler ... publié par Laurannis publié dans : les sorties Commentaire(3) Recommander
Vendredi 09 Mars 2007 Samedi 10 Mars, Remise en forme sur route...
Dans mon dernier article, j'avais décri mon état moral et physique du moment. De gros travaux à la maison, des problèmes professionnels inquiétants m'avaient laissés dans un grand état de fatigue. Il ne fallu pas attendre longtemps avant que tout se détraque et que mon corps dise stop à toutes ces inhabituelles sollicitudes. Jeudi dernier je commençais à ressentir de violentes douleurs au niveau des lombaires et de l'aducteur droit et dimanche, c'est avec le dos aussi dur que le béton coulé la semaine précédente que je dû me résigner à laisser mes amis partir pour notre habituelle sortie dominicale. Lundi, une rapide visite chez le medecin m'apprends que je souffre d'une lombocruralgie. Il me prescrit une semaine de repos, des anti-inflammatoires et surtout quelques séances de manipulations supplémentaires. Des prescriptions, qui allié aux doigts de fée de mon habituel kiné (1.90m, 100 kilos et ancien haltérophile de haut niveau) , me remettent rapidement sur pied et ce matin, c'est avec des fourmis dans les jambes, que je remonte sur mon VTT, pour une petite balade routière.
Le temps est magnifique, la température plus qu'agréable pour un mois de mars. Je prends la direction du bord de mer vers 9h30. Une cinquantaine de kilomètres au programme avec, comme l'atteste mon graphique Coup de Coeur, de belles montées. La première démarre au pied de Théoule, 2.4 kms sans grande difficulté pour rejoindre les hauts de Miramar et apprécier une vue dont je ne me lasse jamais (Ph1). Après une rapide descente sur Miramar et quelques kilomètres vallonnés sur la Corniche d'Or, je m'engage sur la difficile montée du Rocher de la St Barthélémy (Ph2) dont le premier kilomètre frise les 10%. Cette belle route, interdite aux véhicules serpente au travers des murailles orangées du Cap Roux, du Pilon et du St Pilon. Une magnifique atmosphère qui, au sommet, dévoile un panorama sans pareil sur Agay, le Sémaphore du Dramont et la baie de St Raphaël (Ph3 , Ph4 , Ph5).
Une petite phase de récupération m'attend avec une descente tranquille pour rejoindre la route du Pic de l'Ours et ses 7.3 kms de grimpette. Une première partie régulière jusqu'au Col de l'Evèque, une pente beaucoup plus soutenue jusqu'au Col des Lentisques et une dernière portion à nouveau plus facile jusqu'au final, le Col Notre Dame. J'ai tout de même le sentiment qu'il est plus difficile d'arriver à ce point par la route que par nos habituelles pistes de VTT, malgré des raidillons qui nous font exploser le coeur.
Le retour par le Col des Trois termes et la descente sur San Estello permettent à nouveau de récupérer, profitant au passage des senteurs printanières qui embaument l'air en cette belle matinée. Dernière difficulté, la remontée vers St Jean de Cannes, toujours délicate et assez désagréable à négocier en raison de la circulation. Une quinzaine de minutes qui me rappelle pourquoi j'aime tant le VTT et les espaces de nature et de tranquillité que m'offre ce sport...
Une bonne reprise, une moyenne raisonnable, des difficultés passées sans trop de souffrances et l'espoir que mes petits bobos s'estompent en douceur. Vivement demain que je retrouve ma "bande de Houf"....(Coup de Coeur) publié par Laurannis publié dans : les sorties Commentaire(2) Recommander Mercredi 28 Février 2007
Samedi 24 février, Le jour des Césars...
Il y a des semaines comme celle çi où trouver les mots pour se raconter est difficile. Mes derniers jours de vacances se terminent sur une immense satisfaction, la première phase de mes travaux de terrassement est finie mais que ce fût dur. j'en resors le corps meurtri par des répétitions de gestes, de postures qui m'étaient jusqu'alors inconnus. Heureusement, Daniel et Cyril sont venus m'aider, me traitant au passage de grand malade devant l'ampleur de la tâche entreprise. Malheureusement, ces vacances se terminent aussi sur une grande inquiétude professionnelle. Vendredi, pour des raisons judiciaires aussi incohérentes qu'inexplicables, je me retrouve sur le parvis de notre hôtel avec une centaine de collègues et d'amis pour une grande mobilisation de sauvegarde de nos emplois. En cette fin de semaine Daniel et Cyril sont comme moi, traversés par un grand sentiment d'amertume et d'inquiétude...
Le temps est annoncé mauvais pour dimanche et sur les conseils de Gérard, nous décidons de partir rouler samedi après midi. Le moral n'est pas au beau fixe mais cela fera du bien d'évacuer durant quelques heures les tracas du quotidien. Le temps pluvieux de dimanche dernier ne nous a pas permis de sortir, une quinzaine de jours sans rouler qui nous incite à une reprise tranquille pour nous préparer tranquillement à la senegalclassic.be ! Nous partons pour notre parcours de prédilection, notre "Classico" à savoir les cols de la Cadière et des Replats, la descente sur le lac de l'Ecureuil, le remontée par le Ravin des Lentisques et les Cols de l'évèque et de Théoule. La colère et le stress des jours passés me donnent des ailes dans le Ravin des Lentisques. Suivi de près par Gérard qui adore cette montée, j'attaque comme un fou ce petit sentier technique et tonique, que c'est bon de se sortir un peu les tripes.
Le paysage est différent aujourd'hui, nous avons l'habitude de rouler le matin et les couleurs et les contrastes de cette fin d'après midi sont saisissants. Nous redécouvrons notre massif entre ciel et mer (Ph1 , Ph2 , Ph3). Nous nous permettons tout de même une petite variante avec la remontée vers le Rocher des Monges en fin de parcours. Une quinzaine de minutes de difficultés supplémentaires qui nous ouvrent les portes d'une superbe descente freeride pour rejoindre Théoule. C'est la première fois que nous la prenons avec nos nouveaux VTT et durant quelques centaines de mètres le plaisir est total. Un pilotage tout en finesse au travers de petits lacets où nous devons à la fois jouer avec la déclinivité parfois impressionnante du terrain, les successions de pierres, de racines et les branches ou les arbustres qui témoignent de l'étroitesse du sentier.
(Coup de Coeur) Un rapide retour dans les rues vallonnées de Théoule nous offre le spectacle ci dessous. Gérard et Cyril dans une position plus que compromettante. la réjouissance de l'un dans son petit collant "moule bite" et la totale béatitude de l'autre, le césar de la plus belle crampe...
publié par Laurannis publié dans : les sorties
Commentaire(0) Recommander Lundi 12 Février 2007 Bon Anniversaire...

Le VTT mon sport préféré

Il y a tout juste un an, je décidais de découvrir un sport qui m'étais pratiquement inconnu jusqu'alors, l'écriture. Je m'étais mis à la lecture depuis quelques mois, des auteurs de Thriller et de Polar comme Maxime Chattam, Dan Brown, Thierry Serfati, Guillaume Musso, Brussolo (le héros littéraire de mon épouse), mais aussi la série des Harry Potter, je l'avoue sans aucune honte, j'adore!, et j'ai eu soudainement envie de vivre aussi au travers de mes petites aventures. Une gymnastique de l'esprit que j'exprime avec modestie sur ce blog depuis 12 mois. BON ANNIVERSAIRE Un Dimanche de VTT
et surtout merci pour tous les petits plaisirs que tu m'as apportés.
En termes de chiffres, ce journal de bord dépasse de loin toutes mes espérances. D'après les compteurs de mon hébergeur, ce sont 11943 visiteurs soit en moyenne 32 personnes par jour qui se sont baladés sur les pistes et sentiers de ma passion au gré des 60 articles que j'ai écris et des photos de nos promenades dominicales.
Des visites qui m'ont permis de faire de très amicales rencontres au travers des forums de VTT. Des passionnés, comme Néo09 et Rockrider31 du site Xcrosseur09 (http://www.xcrosseur09.velott.org/) ou encore DD23 et sa bande de doux dingues du forum VTT83 (http://ledernier23.free.fr/forum/portal.php) qui se dévouent pour faire découvrir le VTT, leur régions et organiser des sorties sympathiques. Pour finir ce petit "Happy Birthday", je dois un grand merci à Gérard, Cyril, Daniel et à David, le petit dernier de la bande, sans qui mes récits n'aurais pu exister, à notre amitié, à leur humour et surtout à leur confiance car les aventures dans lesquelles je les ai embarqués n'ont pas toujours été de tout repos. Celle qui suit en est le vibrant exemple. Dimanche 11 Février, Cyril a décidé de finir tranquillement sa semaine de vacances au chaud, certainement une "histoire de c..ouette". Daniel, malgré un début de bronchite est trop enthousiasmé par son nouveau vélo pour louper une nouvelle petite balade et Gérard arrive avec le petit nouveau de l'équipe, David. Un jeune de 27 ans, qui se remet tout doucement au VTT après quelques mois d'arrêt. A noter quand même que le gaillard a beaucoup rouler quand il était plus jeune avec le Bike Club de Vallauris. Malgré les précautions d'usage quand on arrive dans un nouveau groupe, à savoir "je ne suis pas en forme et je vais essayer de vous suivre" ou encore " ne vous inquietez pas, c'est moi qui serai derrière aujourd'hui", j'ai le sentiment que ce sympathique garçon va très vite devenir un sérieux concurent en montée pour les deux guerriers de l'équipe et un excellent stimulant en descente pour moi..
.
Bienvenu à toi, David. randonnées vtt Aujourd'hui, j'ai décidé d'emmener les collègues au niveau de la Dent de l'Ours et de redescendre par le Ravin du même nom. Ce sentier, que nous ne connaissons pas fait partie du circuit classique du tour du Pic de l'Ours. Nous démarrons par le vallon de Maure Vieille, passons devant le petit pont Sarrazin, et attaquons le Col de la Cadière par la piste directe. Toujours aussi soutenue et difficile pour un début de balade. Mon intention initiale était de passer par la piste en lacet du Rocher des Monges mais Gérard, déjà en pleine bourre, opte pour une première montée de costauds. Qu'est ce que je racontais un peu plus haut "bienvenu à toi David"... Toujours est il qu'il a très bien passé cette première difficulté. Daniel a plus de mal, des problèmes respiratoires l'empêche de trouver un rythme régulier. Nous reprenons nos esprits au sommet de la Cadière et filons vers le Col du Trayas et le Col Notre Dame. Le dernier raidillon sous le col fait toujours aussi mal aux jambes. J'adore la petite partie qui suit, la montée à la dent de l'Ours, bizzarement, Gérard me laisse toujours partir devant sur ce petit sentier sinueux, sans grande difficulté mais qui demande de la concentration car le trou n'est jamais très loin. David commence à donner des signes de faiblesses, normal, nous montons depuis une heure. De plus son vélo, qui dépassent les 15kg ne lui facilite pas vraiment les choses. La suite de l'aventure fait partie des plus grands moments de frustrations que j'ai connu depuis que je fais ce sport. Le sentier du Ravin de la Dent de l'Ours s'avère catastrophique à négocier. Une suite de pierriers et de sous bois étroits très instable, en dévers et surtout dangeureux. nous faisons la majeur partie de la descente à pied. De plus, il se termine par un lit de rivière, impraticable pour nous. Il faut savoir reconnaître ses limites de temps à autre. Je sais que Gérard et Daniel vont me parler de cette descente durant les trois ou quatre années à venir, mais c'est le lot des gens qui se plante parfois. Toutefois, reste l'humour pour sauver les apparences. Au bas du Ravin de l'enfer, Davis me dis
- C'est une descente pour freerider je réponds - c'est plutôt une descente pour "Crétin.fr"
"JMMTSDLE" je me mets tout seul dans les emmerdes... Dans ce cas, j'aurais pu choisir une remontée facile, histoire de se détendre un peu, mais je reste accroché au programme. Le sentier du Ravin de la Couche de l'âne et la piste du Ravin de la Cadière, certainement la montée la plus difficile du massif pour se finir le moral. Daniel devant rentrer rapidement, nous redescendons par la piste du Rocher des Monges en profitant des rapides petits sentiers qui la longe. En résumé, une sortie très frustrante pour les descentes mais tout de même avec des montées de belles qualités. 27.6kms et 735m de dénivelé positif en 3h00 et comme dit Daniel en terminant la balade - il faut de temps en temps des sorties comme celle ci pour apprécier les plus belles Merci...
Daniel à la sortie du Ravin de l'Enfer....
Merci aux 10 000 Visiteurs qui se sont Baladés depuis 1 an sur Un Dimanche de VTT
10-000.jpg par Laurannis
ajouter un commentaire recommander Lundi 23 avril 2007 Dimanche 22 Avril, La Valmasque selon David.... Dimanche 22 Avril, une semaine avant d'aller explorer les sentiers Hyèrois sur La Piste des Sangliers et pour récupérer d'une semaine plus pénible que d'habitude, nous partons faire une petit tour dans la Valmasque. Au passage nous retrouvons Daniel, qui n'a pas roulé depuis la Bigreen. Heureusement, il a depuis repris ses allers retours professionnels en vélo et revient d'une belle semaine de vacances en Italie. Détendu et reposé, il ne devrait pas avoir trop de mal à suivre le groupe. Lors de notre dernière virée dans la Valmasque, David avait chahuté Gérard, grand chef de la forêt de la Valmasque, en lui faisant gentilment remarqué que nous prenions les plus beaux sentiers du parc forestier dans le sens de la montée, cette fois, il sera notre guide. Etant, il y a quelques années, un espoir prometteur du VTTisme régional, il s'entraînait régulièrement sur ces sentiers techniques avec son club de Vallauris et il nous fait découvrir une Valmasque que nous ne connaissions pas. Certes les pistes restent souvent les mêmes, mais prise à contre sens et en rajoutant quelques petits singles tortueux à souhait, les sensations deviennent nouvelles et fort agréables. Aujourd'hui, les jambes ne suivent pas le rythme, je monte tranquillement les raidillons et m'éclate en descente. Je colle à la roue de David, enchaînant les épingles, les marches, les dérapages avec quelques petits sauts au passage, un vrai régal. Je retrouve les sensations du skieur un peu falabraque que j'étais dans ma jeunesse. Il ne manquait qu'une petite vidéo embarquée pour faire partager mon bonheur. Après 25 kms de pur plaisir, en cette journée d'élection et malgré toute l'amitié que j'ai pour mon grand pote Gérard, je vote David pour sa vision très ludique de la Valmasque.... 07.04.22-CC1.jpg par Laurannis publié dans : le parc forestier de la valmasque ajouter un commentaire recommander
Lundi 16 avril 2007 Dimanche 15 Avril, Un dimanche de VTT 83.... Au fil de cette belle année d'écriture, j'ai eu le bonheur de vivre des instants de grandes intensités mais ce dimanche 15 avril restera, sans nul doute, la plus belle des journées de mon petit blog. Lorsque j'ai commencé ce journal de bord, j'ai suivi le processus habituel pour le faire connaître, à savoir l'inscription dans des annuaires web et dans les forums spécialisés. J'ai parcouru nombres de discutions, me suis présenté maintes fois mais je n'arrivais que rarement à accroché aux conversations. Quelques échanges techniques de çi, de là, des conseils pour acheter du matos et connaître les bonnes adresses VPC. Des informations très utiles mais qui vous laissent souvent dans l'expectative tant les avis divergent. A l'exception de quelques sites comme celui de mes amis de Midi Pyrénnée ou de Chablis Aventure , les conversations étaient intéressantes mais manquaient de convivialité. Jusqu'au jour où je suis tombé sur un petit forum Régional, il peinait un peu à démarer mais je sentais déjà une véritable envie de partage, de service et un dialogue sympathique et enrichissant, Le Forum VTT 83. Vers la fin de l'année, sous l'impulsion de quelques passionnés, il commença a s'animer. En accueillant régulièrement de nouveaux membres, en emmenant des touristes à la découverte de notre belle région, en organisant à tour de rôle des petites balades ou des grosses randonnées, ces animateurs ont rapidement fait de ce site un carrefour incontournable du VTT Varois. Merci à DD23 et à FSH

Rando VTT Calendrier et agendan

Et ce dimanche, c'était à mon tour de faire découvrir mon terrain de jeu et d'enfin faire le lien entre un dimanche de VTT et VTT 83. Ils étaient six à avoir répondu à mon invitation, Thierry "Ratatouille", Fred "Pikatchou", Guillaume "Lantilope", Bernard, Eric et Olivier "Fsh". David, Cyril et Gérard étaient de la partie et pour compléter le groupe, nous avons accueilli, sur le parking du Col de Testanier, un VTTiste de la région parisienne qui s'apprétait à partir en solitaire, tout à fait dans l'esprit du site. C'est en prévision de cette randonnée que j'ai "créé" mon Tour du Massif de l'Esterel dont j'ai décris le parcours précédement. Aprés une présentation frugale, accompagnée de café et de quelques biscuits "made in Ratatouille", j'emmène toute l'équipe à la découverte de ce magnifique Massif. Dès les premiers kilomètres, je perçois, dans les yeux de mes amis, toute l'admiration que dégage la beauté des paysages. Les chemins et les petits sentiers s'enchaînent avec bonheur au travers des chênes liège, des pins ou des eucalyptus. Les premières grosses chaleurs font surgir une multitude d'odeurs typiquement méditéranéenne qui embaume notre randonnée. Le rythme est agréable, sans compétivitité, sans esbrouffe. Les blagues fusent lorsque l'un d'entre nous se fait remarquer comme par exemple lorsque Gérard crève à deux reprises ses Tubeless et explose une valve. Etant le plus fervent défenseur de ces pneumatiques sur le site, cette péripétie me vaudras certainement quelques répliques cinglantes dans les jours à venir. Nous retrouverons le Col de Testanier après 6h30mns de VTT plaisir, de VTT ludique, de VTT généreux, de VTT bonheur dans un environnement féerique et une ambiance fantastique. (Vidéo)
Les prochaines rencontres auront lieu le dimanche 29 avril avec la Pistes des Sangliers, sur les hauteurs de Hyères où nous retrouverons Ratatouille et Lantilope et surtout le 17 mai prochain lors des 100 kms du Lachens/Mer où nous serons une bonne vingtaine du Forum. J'en salive d'avance....
par Laurannis publié dans : tour du massif de l'esterel commentaire (1) recommander Mardi 10 avril 2007 Dimanche 09 Avril, Entraînement à la Valmasque... Une semaine avant d'emmener quelques amis du Forum VTT 83 faire le Tour du Massif de l'Esterel, Gérard, David, Cyril et moi partons faire un petit entraînement tonique a la Valmasque. C'est aussi l'occasion d'essayer nos nouveaux VTT sur les singles et les raidillons du Parc Forestier. Ces sentiers nous ont vu débuter, il y a une dizaine d'années, et ont gardé les traces de nos évolutions technologiques. Le vieux Rockrider 500 rigide de mes débuts, nos premiers semi-rigides, toujours Décathlon, question de budget, le passage aux tout suspendus, aux pédales automatiques, aux freins à disques, aux débattements réglables, en résumé à l'efficacité et au confort. Que de chemins parcourus depuis ces débuts hésitants qui ont vu la naissance d'une véritable passion, dévorante et parfois coûteuse mais qui nous a permis de passer ces dix années en bonne forme physique et de garder notre âme d'enfant tout en developpant une volonté et un mental de conquerant. Par la même occasion, je fais aussi mon premier graphique cardiaque sur ce site d'entraînement. Il confirme ce que nous savions déjà sans pouvoir le visualiser, la Valmasque est un excellent exercice pour le coeur. Une succession d'effort très rythmé, peu de plage de récupération, ce qui explique un état physique bien entamé au terme des 2h50 et 32kms de balade. En d'autres termes "nous nous sommes mis une bonne suée". Pas le temps de voir si il restait encore des Oeufs de Pâques à ramasser.(Coup de Coeur) Je me fais un petit plaisir dans l'un des derniers singles du parcours, une petite vidéo de Gérard et de David dans un passage délicat à négocier. Quand je repense à toutes les gamelles que nous nous sommes mangé à ce même endroit par le passé, je ne peux que constater que le matériel a terriblement évolué...(Vidéo) par Laurannis publié dans : le parc forestier de la valmasque ajouter un commentaire recommander Mercredi 28 mars 2007

Calendrier randos VTT Esterle

Le Tour du Massif de l'Esterel Cela faisait longtemps que j'en rêvais, certainement depuis le jour où j'ai décidé de raconter nos petites aventures et de faire le récit de cette superbe région entre Ciel et Mer... ... Le Tour du Massif de l'Esterel, une boucle pour randonneurs sportifs, un mélange de grandes pistes et de petits sentiers, sans grande difficulté technique, mais qui fait la part belle à la découverte et aux plaisirs des yeux. Une rencontre simple avec une nature, tantôt bleuté et chaleureuse, parfois verdoyante et sauvage, un paysage émouvant et ennivrant où le soleil est roi et la Méditérannée sa reine. Pas de photo pour ce nouveau parcours, simplement un tracé sur la carte IGN 3544ET et le profil accidenté de cette randonnée de 55kms et 1250m de dénivelé. Je laisse le bonheur de la découverte de ces lieux magiques aux courageux vététistes qui suivront mes traces. Départ et arrivée Le Col de Testanier sur la RN7 entre Mandelieu et Fréjus. Surplombant le petit lac de l'Avelan et dominé par le Mont Vinaigre, le choix de ce point de départ n'est pas anodin. Situé à 311m d'altitude, il permet d'éviter d'entrée de jeu les premiers contreforts relativement soutenus du massif et d'avoir rapidement une vision panoramique de la journée à venir. Prendre la direction de la maison forestière du Malpey et suivre la route des Cols. La route goudronnée se transforme en piste après le Col de l'Aire de l'Olivier. Le premier petit sentier de la balade se situe au niveau de Baisse Violette, sur la gauche de la piste, traverse les rochers de la Clavette (petit portage), le Pas de la Cèpe et rejoint le Parking du Col des Trois Termes. Prendre ensuite la piste montant sous le Sommet Pelet, redescendre au Col de la Cadière, suivre la piste jusqu'au Col du Trayas (GR51) et prendre la direction du Col Notre Dame. Attention aux derniers hectomètres de l'ascension du col, assez soutenu et qui affole un peu le coeur. Traverser le Parking du Pic de l'Ours et suivre le sentier qui contourne le Pic et passe par la Dent de l'Ours. Le paysage est superbe mais le chemin demande de la concentration, le choix entre le plaisir ludique du VTT et la contemplation visuelle est difficile à faire. La première partie du sentier se termine au Col des Lentisques. Le single qui descend ensuite jusqu'au abord de la gare du Trayas, en bordure de méditerannée est technique et trés accidenté. C'est sans conteste la descente la plus difficile du parcours. Je le déconseille aux descendeurs un peu timide. Pour l'éviter suivre la route sur 300m environ et prendre un petit sentier sur la gauche pour rejoindre le Col de l'Evèque. Pour ceux qui auront choisi de voir la grande bleue de plus près, après cette descente courte mais qui laisse les mollets durs et les épaules douloureuses, prendre la piste qui part sur la droite et remonte tranquillement au Col de l'Evèque. Je conseille une petite pause encas à ce point de la randonnée en profitant une dernière fois de la Corniche d'or.
La suite de la balade vous fait pénétrer au coeur du massif de l'Esterel, prendre le sentier situé à droite de la route et descendre le Ravin des Lentisques. A l'entrée du Ravin du Mal Infernet, vous pouvez prendre l'option de rejoindre les Cols de Belle Barbe et du Mistral par le coté gauche de la piste. L'itinéraire est ainsi raccourci d'une dizaine de kilomètre environ et amputé de 200m de dénivelé. Pour les plus courageux ou les moins fatigués, remonter le ravin en direction du lac de l'Ecureuil, rester sur le coté gauche de la piste, jusqu'à la Baisse de la Grosse Vache. La piste descendante qui rejoint ensuite le Col du Mistral est large et tranquille, permettant d'admirer au passage les ravins sauvages du Pic de l'Ours.
Suivre ensuite la route en direction de l'entrée du Ravin du Perthus, cette route paisible au milieu des pins et des Eucalyptus est interdite à la circulation et offre l'occasion d' une bonne récupération avant d'attaquer la dernière grosse difficulté de la journée. La quitter au niveau de la maison forestière du Roussiveau et s'enfoncer sur la piste Castelli jusqu'au Vallon de la Cabre. Au niveau d'un carrefour de pistes avec un petit pont en épingle sur le coté gauche, un petit sentier montant sur la droite, suivre la piste initiale devant soi durant une centaine de mètres et monter ensuite un sentier sur la droite. A proximité de la maison forestière abandonée des Malavalettes, prendre la piste sur la gauche pour rejoindre enfin, après 4kms d'une montée difficile, dans un paysage rendu aride et hostile par les gros incendies de l'été 2003, la route des cols. A noter que sur cette dernière difficulté, il faut bien rester sur le coté droit de la piste à chaque intersection, sous peine de redescendre au fond du Vallon. Ce serait dommage, si près du but, de se rajouter de la fatigue. Un dernier petit single amusant se situant à l'entrée de la piste de l'Estarpe du Cheval, sur la gauche, vous ramènera au Col de Testanier, terme d'une journée que j'ai trouvé inoubliable... Très important, ne pas oublier de prévoir pour une telle randonnée beaucoup d'eau, 3l minimum, et de la nourriture, bananes, pain d'épices, chocolat et des barres énertiques.